L'INDOCHINE ET LE COUP DE FORCE JAPONAIS DU 9 MARS 1945


LA PAGE DE PASCAL BURRIG

Informations fournies par Pascal BURRIG concernant son grand père Marcel BURRIG.



Marcel BURRIG

Marcel BURRIG, de nationalité francaise, est né à Amnéville (Moselle) en 1909.

Le 28 mai 1930, il s'engage volontairement au 4ème RCA (Régiment de Chasseur d'Afrique). Il est renvoyé dans ses foyers trois ans plus tard, le 28 mai 1933.

De nouveau engagé volontaire (soldat 2ème classe), le  septembre 1935 au titre du RICM (Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc).

Le 22 novembre 1935, début de la « période indochinoise » de Marcel BURRIG : il est muté au 10ème RMIC (Régiment Mixte d'Infanterie Coloniale). Il arrive en Indochine le 26 décembre 1935. Le 22 novembre 1938, il se rengage pour deux ans à compter du 18 septembre 1939.

Il est nommé 1ère classe le 1er juin  1941, et est muté au 11ème RIC (Régiment d'Infanterie Coloniale) le 12 juin 1941. Rengagé pour deux ans le 18 septembre 1941.

Il passe au 1er RTT (Régiment de Tirailleurs Tonkinois) le 1er janvier 1943, puis au 9ème RIC le 18 juin 1943. Rengagé pour deux ans le 18 septembre 1943.

Marcel BURRIG participe aux combats de la Citadelle d'Hanoï du 9 mars 1945 et est fait prisonnier de guerre le 10 mars. Il est libéré le 18 septembre 1945.

En mars 1946, Marcel BURRIG est affecté au BFC (bataillon Formant Corps) du 19ème RIC à Saïgon. Il y rejoint en avril le Chef de Bataillon JACOBI, ainsi que mon grand-père, le lieutenant Pierre MILLOUR, autres anciens du 9ème RIC ayant participé aux combats de la Citadelle d'Hanoï.

Il quitte Saïgon le 2 juillet 1946 à destination de la Métropole à bord du croiseur Émile Bertin. Il débarque à Toulon le 29 juillet 1946.

Détails de cette traversée trouvés sur le site de Xavier GALLENNE consacré à l'Émile Bertin (http://xavier.gallenne.free.fr) :

Après diverses affectations (3ème Bataillon d'Infanterie...) Marcel BURRIG est définitivement renvoyé dans ses foyers le 18 septembre 1947.

Campagnes et Territoires :

Décorations :

Croix de guerre 1939-1940. Médaille militaire. Médaille coloniale avec agraphe « Extrême orient ».