COMBATS DANS LA CITADELLE D'HANOI


Rapport de
l'ADC MAILLOT

Annexe 5 : Citations suite aux combats des 9 et 10 mars dans la Citadelle d'Hanoi

Après la reddition de la Citadelle, le Lieutenant Pierre MILLOUR, blessé au cou lors de la contre-attaque du 10 mars, est fait prisonnier dans cette même Citadelle. A partir du 5 août 1945, et ce jusqu'au 4 septembre 1945, il est interné au camp de travail du Tam Dao. Son comportement lors des combats des 9 et 10 mars lui vaut d'être cité à l'ordre de l'Armée (J.O. du 7 juillet 1946 ; décret du 13 juin 1946) :

MILLOUR Pierre, Lieutenant du 9ème RIC :

Dans la nuit du 9 au 10 mars 1945, n’a pas hésité à traverser les lignes japonaises, malgré la fusillade pour venir prendre son poste de combat à la Citadelle de Hanoi. A participé activement à la mise en place du dispositif et à la défense au cours de la nuit. A occupé au cours de la contre-attaque du lendemain un point particulièrement exposé.

A fait preuve du plus grand dévouement et de crânerie pendant toute l’action. Citation comportant l’attribution de la Croix de Guerre avec Palme et le grade de Chevalier de la Légion d’Honneur à titre exceptionnel.



Suite à son action lors de ces mêmes combats, le Chef de Bataillon JACOBI est également nommé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur avec attribution de la Croix de Guerre avec Palme :

JACOBI Paul, Charles, Emile, Chef de Bataillon du 9ème RIC :

Lors de l'attaque japonaise de la Citadelle de Hanoi, les 9 et 10 mars 1945, a du prendre à l'improviste le Commandement du Sous-quartier Sud-Est, avec les unités du 9e Régiment d'Infanterie Coloniale. Exemple de bravoure et de sang-froid, a su résister pendant 20 heures aux attaques répétées d'un ennemi très supérieur en nombre, parvenant même parfois à le rejeter sur ses bases de départ par des contre-attaques énergiques. A été blessé à deux reprises par éclat d'obus et de grenades et à chaque fois, a repris le commandement aussitôt après avoir reçu les premiers soins.



Le Capitaine OMESSA est quant à lui nommé au grade de Commandeur de la Légion d’Honneur avec attribution de la Croix de Guerre avec Palme par décret du 27 septembre 1946 :

OMESSA (Jean-Paul), Capitaine, Forces Françaises en Extrême Orient : 

Commandant le sous-quartier A (Caserne du 9e RIC) lors de l'attaque déclenchée par surprise par les Japonais contre la citadelle d'Hanoi, le 9 mars 1945, a fait preuve, dans la mise sur pied de la défense et dans la conduite du combat, de très hautes qualités militaires. Agissant avec une maîtrise admirable, une bravoure tranquille, un complet mépris du danger, s'est montré, en même temps qu'un chef avisé, un merveilleux entraîneur d'hommes. A été l'un des principaux artisans de la belle résistance opposée aux agresseurs.



En 1947, les capitaines BAUVAIS, BONIN et MORISSE, le lieutenant COSTES, qui ont été tous les quatre exécutés par les Japonais le 10 mars 1945 après avoir été faits prisonniers, sont l'objet d'une nomination dans l'ordre de la Légion d'Honneur et d'une citation à l’ordre de l'Armée. Le texte de celle-ci fait état de leur combat qui a duré 20 heures et précise « qu’ils ont été lâchement assassinés par un adversaire sans honneur auquel ils refusaient de donner les renseignements qui leur étaient demandés ».


La bravoure de l'Adjudant ROMAN du Détachement Motorisé de la Légion (5ème REI), qui a été blessé quatre fois lors des combats dans la Citadelle, lui vaut d'être fait Chevalier de la Légion d'Honneur.


Citations du Lieutenant HÉRAULT du GAT (Groupement Automobile du Tonkin) et du Caporal-Chef Pierre BERNARD à l'ordre du régiment avec attribution de la Croix de Guerre (Extraits de l'ordre général n°03 du général de Corps d'Armée LECLERC, Commandant supérieur des Troupes Françaises en Extrême Orient) :

HÉRAULT Henri, Lieutenant au GAT :

Commandant un groupe de fusiliers et de mitrailleurs au cours des 9 et 10 mars 1945 pour la défense de la Citadelle de Hanoi, a fait preuve de belles qualités de sang froid et d'intelligence, repoussant plusieurs tentatives d'infiltration japonaise dans la position qu'il défendait. A, par son exemple, maintenu un moral élevé parmi ses combattants. 

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre 1939-1945 avec étoile de bronze.



BERNARD Pierre - Caporal-chef - matricule 8133 - 9ème Régiment d'Infanterie Coloniale :

Gradé courageux. Lors de l'attaque japonaise de la Citadelle de Hanoi, a participé activement à la défense de la citadelle et a été blessé au cours de l'action.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre 1939-1945 avec étoile de bronze.



MAHÉ Joseph - Maréchal des Logis - 4ème Régiment d'Artillerie Coloniale :

Excellent sous-officier calme et courageux. Les 9 et 10 mars 1945 a pris une part active à la défense de la  Citadelle d'Hanoi en dirigeant avec compétence le tir d'armes automatiques.

Citation comportant l'attribution de la Croix de Guerre 1939-1945 avec étoile de bronze.




Citation de l'Adjudant-Chef Sébastien HÉNAFF du 4ème RAC à l'ordre de la division avec attribution de la Croix de Guerre (Extrait de l'ordre général n°256 du général de Corps d'Armée LECLERC, Commandant supérieur des Troupes Françaises en Extrême Orient) :

HÉNAFF, Sébastien - Mle 5920 - Adjudant-Chef du 4ème RAC :

Le 10 mars 1945, lors de l'attaque de la Citadelle d'Hanoi, son bâtiment n'ayant pas été l'objet d'une menace directe des troupes japonaises, a rassemblé divers personnels isolés et constitué un groupe de combat à la tête duquel il s'est efforcé  de rejoindre la Citadelle encerclée, en s'ouvrant en plein jour un passage par le feu. A été grièvement blessé au moment où il réussissait, sous la protection des feux de la défense, à atteindre l'enceinte du quartier du 1er Tonkinois déjà investi par l'ennemi.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre 1939-1945 avec étoile d'argent.




Le Caporal-chef Maurice BRISSET est décoré à titre posthume de la Croix de Guerre avec étoile d'argent le 12 octobre 1946 et de la Médaille Militaire le 12 avril 1951.


En 1946, pour sa brillante conduite pendant la durée du conflit, le 9ème  RIC se voit attribuer la citation à l'ordre de l'Armée suivante (Décision n°383 parue dans le J.O. du 7 décembre 1946) :

9e Régiment d'Infanterie Coloniale :

Régiment d'Infanterie Coloniale dont le passé est lié à l'épopée française du Tonkin. Formé en 1890 par les bataillons d'infanterie de marine, il n'a cessé de représenter, sur la terre d'Asie, les vertus militaires françaises. Depuis 1940, s'est distingué au Cambodge, à Langson, à Nacham, a participé glorieusement les 9 et 10 mars 1945 à la défense de la citadelle de Hanoi ; en mars, avril et mai 1945, à la lutte contre les japonais dans le Haut-Tonkin. A sauvé son drapeau au moment de l'agression japonaise, en mars 1945.

Citation comportant l’attribution de la Croix de Guerre avec Palme.



Rapport de
l'ADC MAILLOT